— La bibliothèque de récits de rêves —

… pour une bibliothèque sonore du monde endormi …

La Bibliothèque est polyglotte

Depuis 2007 nous parcourons le monde à la rencontre de rêveurs et de rêveuses : le récit de rêve est un edelweiss. Si l’activité onirique est universelle, les traces orales sont rares et parfois pauvres.
Tels des photographes à l’affut, nous sommes en quête de récits qui reflètent et projettent des mondes. Nous laissons les récits univoques, renvoyant à l’histoire psychologique du rêveur et de la rêveuse.

Tout autant que le document, le rêve parle du monde, il le réfléchit par ses ombres. Dans les rêves de migrants, l’absence déchire le récit : le pays quitté, la mère laissée.
Existe-il un degré zéro du rêve ? Dans la jungle de Calais, nous l’avons parfois envisagé. Jour et nuit, une seule obsession : « we just want to go to England ! »
Nous avons retrouvé certains réfugiés hors de ce contexte, ils nous ont alors confié des récits élaborés.

Lentement, au hasard des chemins qui s’ouvrent, nous cartographions les langues des rêveurs et des rêveuses.

La bibliothèque est inachevée, elle est infinie, son classement est complexe, il serait lié aux langues, aux grains aux timbres aux phrasés aux débits des voix, ou aux types de rêves.

Les paroles du rêveurs surgissent dans un environnement sonore singulier ; ce contexte, ces paysages, cette géographie sonore, nous les captons en parallèle à l’enregistrement du récit de rêve, fouillant ainsi la « grotte du rêve », sa caisse de résonnance.

Le rêve est-il un miroir du monde ou dessine-t-il un parallèle ?

Certains récits de rêves structurent aussi la pièce de théâtre sonore : « la bohemia electrónica… nunca duerme », pièce pour plateau, forme transdisciplinaire, créée en mai 2014 au Festival international Musique Action.

Pour plus d’informations sur cette œuvre : http://kristoffk.roll.free.fr/bohemia.htm

Ainsi le cycle de vies de ces récits est multiple dans l’esthétique de Kristoff K.Roll

Les bibliothèques vivantes, programme soutenu par l'IF

ÉCOUTE
On court, on court… / Rêve d'Anfal du Caire traduit par Heba

— Appel au récit de rêve —

Kristoff K.Roll (Carole Rieussec et J-Kristoff Camps) vous invitent à enregistrer vos souvenirs de rêves, devant leur microphone. Ces récits seront ensuite montés, retravaillés sonorement.
Le récit de rêve c’est ce qu’il reste le matin au réveil, ou qui perdure le long des jours et des nuits dessinant une vie parallèle… les vestiges du rêve transformés par la parole, le souvenir, le présent. Le récit de rêve est d’autant plus précieux qu’il fourmille de détails, qu’il incite l’autre à entrer dans sa demeure, sa construction spécifique, son ambiance.
Les rêves collectés viendront prendre place dans la bibliothèque sonore de récits de rêves du monde que le duo Kristoff K.Roll constitue au fil des rencontres.

Vous pouvez contacter le duo par mail : kristoffk.roll[at]free.fr pour les solliciter pour une prise de son particulière.

Dans la bibliothèque, il y a des rêves en :
français, italien, grec, espagnol, croate, anglais, néerlandais, luxembourgeois, islandais, norvégien, macédonien, portugais du Brésil, russe, arabe marocain, arable égyptien, arabe palestinien, hébreu, pachto pakistanais, pachto afghan, farsi iranien, dari, four, tama, amharique, tigrinya, arabic du Soudan, bengali, indonésien, thaïlandais, chinois, malgache, ...

La bibliothèque de récits de rêves s’est constitué avec le soutien de :
L'Institut Français de Paris; le Festival d’Automne à Paris, avec le Palais de la Porte Dorée (Paris) et La Pop (Paris) ; Teatro a Corte (Turin), Festival D-CAF (Le Caire), Ganz New Festival (Zagreb), Holland Festival, Association Kolone, l’Auberge des migrants, le Channel - scène nationale de Calais, CRR de Paris, Festival de la diversité du Pirée, Festival météo (Mulhouse), Terni international performing arts Festival, Mudam (Luxembourg), Nouvelle scène nationale de Cergy-Pontoise, Teatro del Lago - Frutilar (Chili), Oslo Internasjonale Teaterfestival.